Un nouveau festival arrive...

Un festival dédié aux écritures francophones, avec une programmation s’articulant autour de lectures de textes dramatiques, achevés ou en cours d’écriture, mis en lecture par des compagnies d’ici et d’ailleurs, avec leur regard neuf et généreux.
Tout au long de ces derniers mois, malgré une situation inédite, l’équipe des Francophonies – Des écritures à la scène n’a cessé de travailler pour permettre à cette première édition des Zébrures du printemps d’éclore. Ce programme met en lumière nos grandes missions.

  • Accompagner les auteurs·trices vers la scène. De nombreux textes présentés ce printemps deviendront spectacles aux prochaines Zébrures d’automne, grâce à de futures coproductions avec les Francophonies – Des écritures à la scène : des écritures émergentes (Jeanne Diama, Tafé Fanga), aux écritures primées (Souleymane Bah, La Cargaison) ou encore celles d’auteurs dramatiques qui ont une carrière nationale et internationale (Simon Boulerice, Martine à la plage.
  • Soutenir les autrices francophones, avec le programme de résidences Découvertes de la Maison des auteurs·trices. Ce programme annuel est dédié à deux autrices qui sont accueillies à Limoges puis à la Cité internationale des arts, à Paris (pôle de référence de la création francophone avec les Francophonies – Des écritures à la scène). Leurs textes sont présentés aux Zébrures du printemps suivant. Ainsi, cette année, les textes de Gaëlle Bien-Aimé, parrainée par Guy Regis Jr et de Jeanne Diama, parrainée par Billia Bah, résidentes en 2020 à Limoges et à Paris, seront lus pour la première fois.
  • Diffuser les textes des lauréat·e·s des prix partenaires. Cette édition leur fait honneur avec Andrise Pierre, Prix SACD de la dramaturgie francophone 2020, Souleymane Bah, Prix RFI théâtre 2020 et Françoise Dô, Prix Etc_Caraïbes 2019.
  • Développer une action artistique et culturelle structurante. En partenariat avec le Rectorat de Limoges, des lectures seront organisées dans des établissements scolaires de Limoges. Un projet participatif est également proposé au public souhaitant découvrir un premier geste d’écriture. Je t’écrirai ce que je ne sais pas encore sera mis en œuvre avec l’autrice Penda Diouf et deux illustrateurs·trices : Claire Gaudriot et Le Poisson.
  • Être un espace de rencontre et de réflexion sur les écritures dramatiques francophones contemporaines. En partenariat avec l’ALCA et la Région Nouvelle-Aquitaine, la journée du 26 mars sera dédiée à deux rencontres professionnelles : la première sera axée sur le droit d’auteur et ses évolutions récentes, la seconde réunira les opérateurs culturels et artistiques de la région autour de la création francophone.

Dix textes d’Algérie, Guinée, Mali, d’Haïti, de France-Martinique, du Canada-Québec et de Suisse sont ainsi à découvrir dans cette édition. Ils ont été confiés chacun à un.e metteur·se en scène professionnel·le en charge de sélectionner à son tour les artistes afin de les mettre en voix.

Dix écritures témoignages de situations de crise dans des pays au bord du chaos, d’exil rêvé ou vécu, portraits de femmes qui mettent à nu leurs désirs ou leurs blessures. D’autres questionnent l’Histoire et certaines de ses sombres périodes, comme la ségrégation de l’Amérique des années 1960 ou la colonisation française en Algérie. Des écritures qui nous permettent d’élargir notre vision du monde et sa compréhension. C’est avec le désir de partager cette expérience avec vous que nous espérons vous retrouver ce prochain printemps !