Billetterie

COUAO-ZOTTI Florent


© photo Patrick Fabre, Limoges, 2001
Bénin Origine de la bourse : Ministère de la Coopération et de la Francophonie Beaumarchais Centre national du Livre

Bourse du Ministère de la Coopération en 1998
Bourse de Beaumarchais en 2001.
Bourse du Centre national du Livre en 2005

Né le 18 juin 1964 à Pobé au Bénin, Florent Couao-Zotti est diplômé d’une maîtrise de Lettres Modernes, juin 1988, Université nationale du Bénin, d’un diplôme de journalisme et d’un diplôme d’entrepreneuriat culturel.

Après une courte expérience comme professeur de français, il se consacre au journalisme. Il a été rédacteur en chef au Canard du Golf, puis à Abito, journaux satiriques béninois, entre autres titres.

En quelques années, il réussit à construire une œuvre littéraire originale. Depuis 2002, Florent Couao-Zotti se consacre entièrement à l’écriture qu’il décline dans différents genres littéraires (romans, nouvelles, pièces de théâtre) et dans les arts narratifs (bande dessinée, série télévisée et films vidéo)

Les œuvres de Florent Couao-Zotti sont traduites dans plusieurs langues (japonais, italien, catalan, allemand, anglais), c’est une des plumes de référence sur le continent africain. Ses œuvres ont reçus plusieurs récompenses, dont le prix Tchicaya U Tams’i, le prix de la Francophonie de littérature de jeunesse, le prix de l’Excellence du Bénin, Meilleure plume de la décennie, le prix Ahmadou Kourouma, etc.

« L’intérêt de cet auteur se trouve dans les plis et les replis de son écriture, sa respiration singulière, son rythme tout en brisures et reprises. C’est bonheur de lire Couao-Zotti. On y trouve des qualités d’écriture cinématographique. On ramasse à pleine mains des néologismes, des audaces grammaticales, des jeux de mots....il y a quelque chose de l’insolence dans son écriture. »
Abdourahman A. Waberi - Le Monde diplomatique/ mars 2001

« Écrivain protéiforme et talentueux, Florent Couao-Zotti invente une langue rythmée, fertile, pétrie de néologismes, d’humour, d’audaces grammaticales, de jeux de mots ; une écriture qui absorbe la fièvre du monde qu’elle décrit et qui fait du romancier béninois, une voix majeure de la nouvelle littérature africaine. »
Etonnants voyageurs

Mise à jour janvier 2015

Créations de l'auteur

Œuvres publiées

Ce soleil où j’ai toujours soif (théâtre), L’Harmattan, Paris, 1995.

Un enfant dans la guerre, jeunesse, (ACCT/Haho, Lomé, 1997).

Notre pain de chaque nuit, roman (Le Serpent à plumes, Paris, 1998).

L’Homme dit fou et la mauvaise foi des hommes (nouvelles), Le Serpent à plumes, Paris, 2000 - La nouvelle Ci-gît ma passion publiée dans ce recueil, a obtenu le Premier Prix de l’Union Européenne en 1997.

Instincts primaires... combats secondaires, théâtre, in "Ecrits nomades", Lansman, 2001.

La diseuse de mal-espérance, théâtre (L’Harmattan/Ndze, Paris, juin 2001).

Charly en guerre, roman, Dapper Jeunesse, collection "Au bout du monde", septembre 2001.

De l’Etireno au marché aux esclaves, nouvelle, diffusion par MFI/les Francophonies en Limousin, 2003.

Les amants de la route des pêches, nouvelle, Portes d’Afrique, avec Le Figaro.

La Sirène qui embrassait les étoiles (nouvelle), Les éditions de l’Oeil, 2003.

Le Collectionneur de vierges, Ed. Ndzé, 2004.

L’Europe, vues d’Afrique, nouvelles, Le Cavalier bleu, 2004.

Le Cantique des cannibales, Le Serpent à Plumes, 2004.

Retour de Tombe (recueil de nouvelles), Editions Joca Seria, Nantes, 2004.

Certifié sincère, Ruisseaux d’Afrique, Cotonou 2004.

Les Fantômes du Brésil, Ubu Editions, Paris, mars 2006.

La Petite fille des eaux, roman (écrit à dix mains -Agnès Adjaho, Gisèle Hountondji, Gniré Dafia, Hodonou Eglosseh, Anita Mariano, Mireille Ahondoukpe, Venance Mahougnon Sinsin, Mahougnon Kakpo, Adélaïde Fassinou-, sous la direction de Florent Couao-Zotti, Editions Ndzé, 2006.

Poulet-bicyclette et Cie, nouvelles, Gallimard, mai 2008.

Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au cochon de le dire, Le Serpent à plumes, 2010. Prix Ahmadou-Kourouma 2010.

La Traque de la Musaraigne, (policier) Jigal, Marseille, 2014.

Western Tchoukoutou, roman, Gallimard / Continents noirs, 2018

Et plusieurs nouvelles publiées dans divers recueils collectifs ou revues (Revue Noire).

Textes mis en scène

Ce soleil où j’ai toujours soif, mise en scène de Fabienne Lavanchy (Suisse), Centre Culturel Français de Cotonou, Bénin, 1996 ; tournées dans différents festivals francophones (Bamako, Ouagadougou, Yaoundé, Abidjan, Paris, Guadeloupe).

Le Ventre de la terre, mise en scène de Georges M’Boussi (Congo), Palais Royal Honmen Porto-Novo (Bénin), 1998 ; spectacle présenté à Antony et à Mantes-la-Jolie (France), mai 1998.

Petits enfers de coins de rue, mise en scène de Abou Fall (Sénégal), Cie Café-crème, festival du conte des Alpes maritimes, juillet 2001.

Instincts primaires… combats secondaires, mise en scène de José Renault (France), Festival international du théâtre du Bénin, mars 2002.

Certifié sincère, mise en scène de José Renault (France), théâtre Alliage Théâtre, mars 2004.

Textes mis en onde

L’Homme dit fou et la mauvaise foi des hommes, nouvelles, création radiophonique R.F.I., Jacques charreaux, 1996.

Autres informations

Florent Couao-Zotti et les Francophonies en Limousin

Résidences d’écriture à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin :
- août 1998 / boursier du Ministère de la Coopération (France). Pièce écrite : La Diseuse de mal-espérance (1998-1999).
- août-septembre 2001 – juin-juillet 2002 / boursier « Beaumarchais ». Pièce écrite : Les vierges ne sont plus immaculées.
- avril-mai 2005 / boursier du Centre national du Livre 2004. Projet d’écriture : Créance d’enfant, pièce de théâtre.

Résidences d’écriture

Tadoussac : résidence organisée par le Centre des Auteurs Dramatiques, Montréal (Canada/Québec), juin 1999.
Byblos - Jbeil, résidence dans le cadre du projet « Écritures nomades », (Liban) avril-mai 2000. Pièce écrite : Instincts Primaires, Combats secondaires.

Liens

Le blog de Florent Couao-Zotti : l’atelier-café

Africultures

e-litterature.net

Editions Ndzé

Entre les lignes- Interview de Florent Couao-Zotti (Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire ) (2010)