Billetterie

DIOP Boubacar Boris


© Alain Chambaretaud
Sénégal Origine de la bourse : Centre national du Livre

Bourse du Centre national du Livre - 1993
Romancier et essayiste

Né en 1946 à Dakar, Boubacar Boris Diop a été successivement professeur de littérature et de philosophie dans différents lycées, conseiller technique au ministère de la Culture du Sénégal. Il passe ensuite au journalisme et collabore à différents journaux sénégalais ainsi qu’au quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung et au mensuel africain d’analyses Afrique, perspectives et réalités (Paris).

Il est l’auteur d’une oeuvre importante composée de nouvelles, de pièces de théâtre, de scenarii de films, mais surtout de romans qu’il écrit en wolof ou en français.

Un séjour au Rwanda, après le génocide, marque un tournant important dans son œuvre et son parcours personnel. Dans le cadre de l’opération « Rwanda : écrire par devoir de mémoire », lancée en 1998 avec plusieurs autres écrivains, il écrit Murambi, le livre des ossements. Depuis, il sillonne le monde, de congrès en séminaires, « disant » la tragédie du génocide pour qu’elle ne se reproduise plus.

C’est à ce moment là qu’il prend également conscience de l’importance de se réapproprier sa langue et sa culture (le wolof). Il a inauguré un enseignement de littérature à l’Université Gaston-Berger à Saint-Louis au Sénégal dont le cursus est entièrement assuré en wolof. En 2016, il participe à un projet de collection, "Céytu", en collaboration avec les éditions Zulma (France) et Mémoire d’encrier (Québec) qui a pour objectif de publier les incontournables de la littérature francophone en wolof. En tant que directeur de cette collection, il supervise toutes les traductions. Il y traduit également des textes, à commencer par Une Saison au Congo, d’Aimé Césaire.

Mise à jour janvier 2016

Créations de l'auteur

Textes

La Gloire des imposteurs : Lettres sur le Mali et l’Afrique (avec Aminata Dramane Traoré), essai poliique, Éditions Philippe Rey, Paris, 2014 (ISBN 978-2-84876-232-6)

Les Petits de la guenon, (traduction française de Doomi Golo) éditions Philippe Rey, 2009.

Kaveena, éditions Philippe Rey, 2006.

Négrophobie, essai, avec Odile Tobner et François-Xavier Verschave, Ed. Les Arènes, 2005.

L’Afrique au secours de l’Occident, essai, préface du livre d’Anne-Cécile Robert, Ed. de l’Atelier .

L’Impossible innoncence, roman, Philippe Rey, 2004.

Doomi Golo, roman écrit en langue wolof, éditions Papyrus, 2003.

Le Temps de Tamango, roman, suivi de Thiaroye, terre rouge, (théâtre) première édition l’Harmattan Paris 1981, prix du Bureau Sénégalais du Droit d’Auteurs 1984. Traduit en italien. Réédition Le Serpent à Plumes, 2002.

Murambi, Le livre des ossements, Stock, 2000.

L’Europe, vues d’Afrique, nouvelles, collectif, Le Figuier.

Le Cavalier et son ombre, roman, Stock Paris, 1997, prix Tropiques 1997.

Les Traces de la meute, roman, éditions l’Harmattan Paris 1993.

Le Temps des aveux, essai, Labor, Belgique 1993, ouvrage collectif autour du thème « Ecriture et démocratie »

Les Tambours de la mémoire, roman, Nathan Paris, 1987, réédition L’Harmattan, 1990, Grand Prix de la République du Sénégal pour les Lettres, 1990.

.

Scénarios de films et de pièces de théâtre

Boubacar Boris Diop est également auteur de plusieurs scénarios de films et de pièces de théâtre dont :

Thiaroye terre rouge, L’Harmattan 1981 (avec Le Temps de Tamango).
Grandakar-Usine, une autre de ses pièces -écrite en collaboration avec le metteur en scène sénégalais Oumar Ndao- a été jouée sur plusieurs scènes d’Afrique Noire et du Maghreb.

Leena, il écrit un opéra en français et en wolof, 2011. Création à l’auditorium de l’Opéra National de Bordeaux, réalisée par Migrations Culturelles Aquitaine Afriques (musique El Hadj Ndiaye, mise en scène Guy Lenoir).

Autres informations

Boubacar Boris Diop et les Francophonies en Limousin

1993 : résidence à la Maison des auteurs, bourse du Centre national du Livre. Il participe à plusieurs lectures et rencontres à Limoges et dans la région (Guéret, La Souterraine), pour un public scolaire ou associatif.

1998 - 15e festival des Francophonies : lecture de Jour de marché à Danki (dans le cadre de Liberté sur paroles, textes d’auteurs francophones, lu par les élèves de l’Académie théâtrale de l’Union - C.D.N. du Limousin)

Liens

Entretien avec Boubacar Boris Diop publié par Seneplus (première partie) http://www.seneplus.com/opinions/linvasion-des-barbares#.Wgh6shKG-QU.facebook

Jeune Afrique - entretien avec Boubacar Boris Diop, avril 2014.
À la veille du vingtième anniversaire de la tragédie rwandaise, l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop évoque sa compréhension tardive d’un événement qui l’a profondément bouleversé.

Lettre à un ami sur le naufrage du Joola, (lire l’article) Le Monde Diplomatique, 2002

Mots pluriels - interview de Boris Boubacar Diop par Jean-Marie Violet

"Ah oui ! Les Tutsis" : article de Boris Boubacar Diop sur intura.net

Interview de Boris Boubacar Diop par Chantal Thompson (linguaromana.byu.edu)

Africultures ("La langue en question", extraits d’une rencontre avec Boubacar Boris Diop, animée par Alain Ricard qui a eu lieu le 9 novembre 2007 à la Bibliothèque Jean Degoul d’Eysines.

Photos