Le Syndrome de la pintade


© DR
Burkina Faso Musique

Création

Quand on pense à une pintade, il est rare de faire le parallèle avec notre société contemporaine et l’équilibre gouvernants-gouvernés. C’est pourtant ce que fait Smockey et les artistes qui l’accompagnent dans le Syndrome de la pintade.

La pintade, selon Smockey, présente de nombreuses similitudes avec les élites. Avec son plumage, elle est comparée aux manteaux des rois en occident comme en Afrique et fait penser aux tenues des Hommes de lois. À cette glorieuse apparence s’ajoute un comportement particulier : la pintade, à l’allure altière, est sujet au stress et à la panique aboutissant à des mouvements désordonnés qui priment sur toute réflexion. Comme la pintade, les élites seraient-elle mauvaises couveuses, capable dans un moment de stress ou de panique d’écraser ses propres enfants ?

Cette pièce musicale, mélange de rap, de musique live et d’humour, utilise l’allégorie de de la pintade pour inviter le public à explorer le jeu démocratique actuel et ses contradictions, le changement des institutions, la gouvernance par les élites et les aspirations des peuples.

Les dates

CCM Jean Gagnant
Limoges

Le Syndrome de la pintade

Espace Noriac
Limoges

Le Syndrome de la pintade

Concert de Smockey

Distribution

Texte Serge Martin Bambara alias Smockey
Mise en scène Serge Aime Coulibaly
Assistant à la mise en scène & administrateur Abass Tapsoba
Direction musicale Didier Awadi
Lumière Hermann Coulibaly
Scénographie Issa Ouedraogo
Costume Adjara Samandoulgou
Humoristes Philomaine Nanema, Bamogo Ousmane
Musique Smockey, Ouedraogo Kiswendsida Ousmane, Bantagnon Latiegri Hamidou,Soudre Elie, Soudre Elise, Issouf Dembele

Production

Coproduction Les Francophononies - Des écritures à la scène
En partenariat avec Ministère des arts de la Culture et du tourisme (MCAT) Burkina-Faso, Ruhrtriennale, afroTopia e.V, AfricologneFESTIVAL, Faso Danse Théâtre, Fonds Transfabrik, Studio Sankara, Studio Abazon, Case en Béton, Institut Français Paris, Institut Français Ouagadougou, Institut Goethe Dakar

Actualités