MOUAWAD Wajdi


Liban / Canada - Québec Origine de la bourse : Beaumarchais

Bourse de Beaumarchais - 1993
Comédien, auteur et metteur en scène

Né en 1968 au Liban, Wajdi Mouawad a passé son enfance au Liban, son adolescence en France et ses années de jeune adulte au Québec avant de vivre en France aujourd’hui.

En 1991, il obtient le diplôme en interprétation de l’École nationale de théâtre du Canada à Montréal. Ensuite, de 1990 à 1999, il codirige avec Isabelle Leblanc la compagnie Théâtre Ô Parleur. De 2000 à 2004, il assure la direction artistique du Théâtre de Quat’Sous à Montréal. Puis il fonde, en 2005 au Québec "Abé carré cé carré", et en France le "Carré de l’hypoténuse", deux compagnies de création. Ces deux structures se répondent des deux côtés de l’Atlantique et sont emblématiques de cette aventure théâtrale franco-québécoise.
De septembre 2007, jusqu’en 2012, il est à la direction artistique du Théâtre français du Centre national des Arts à Ottawa, succédant à Denis Marleau.
Considéré comme un des plus importants auteurs de la francophonie il est l’artiste associé du Festival d’Avignon en 2009 où il propose le quatuor Le Sang des Promesses, et lauréat du "Grand Prix du Théâtre 2009" de l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre dramatique.
En 2011, Wajdi Mouawad est artiste associé du Grand T à Nantes. Il se consacre à porter au plateau les sept tragédies de Sophocle : après le premier opus Des femmes composé des Trachiniennes, d’Antigone et d’Electre en 2011, viendront les créations Des héros et Des mourants puis l’intégrale en 2015.
En avril 2016, il est nommé directeur du Théâtre de la Colline à Paris.

Comédien de formation, il interprète des rôles dans sept de ses propres spectacles, mais aussi sous la direction d’autres artistes comme Brigitte Haentjens dans Caligula d’Albert Camus 1993, Dominic Champagne dans Cabaret Neiges noires 1992 ou Daniel Roussel dans Les Chaises d’Eugène Ionesco 1992. Plus récemment, il interprète Stepan Fedorov dans la pièce Les Justes de Camus mise en scène par Stanislas Nordey.

Son parcours lui donne à explorer aussi d’autres univers : Al Malja (1991) et L’exil (1992) de Najil Mouawad, Macbeth de Shakespeare (1992), Tu ne violeras pas de Edna Mazia (1995), Trainspotting de Irvine Welsh (1998), Œdipe Roi de Sophocle (1998), Disco Pigs de Enda Walsh (1999), Les Troyennes d’Euripide (1999), Lulu le chant souterrain de Frank Wedekind (2000), Reading Hebron de Jason Sherman (2000), Le Mouton et la baleine d’Ahmed Ghazali (2001), Six personnages en quête d’auteur de Pirandello (2001), Manuscrit retrouvé à Saragosse, un opéra de Alexis Nouss (2001), Les Trois sœurs de Tchekhov (2002, accueilli aux 19es Francophonies en Limousin, Ma mère chien de Louise Bombardier (2005)...

Pour en savoir plus : le site de Wajdi Mouawad

mise à jour avril 2016 - crédit photo : Patrick Fabre

Créations de l'auteur

Théâtre

Journée de noces chez les Cromagnons
Un jour d’orage et de bombardement, une famille décide de préparer coûte que coûte les noces de la fille aînée. C’est bête à dire, mais préparer des noces sous les mitrailleuses n’est pas une chose facile, en particulier quand le fiancé n’existe pas. Les obus tombent, la maison est en ruines, les salades sentent le poisson, la famille au complet est au bord de la crise de nerfs, mais la noce aura lieu !
Personnages : 3 femmes, 4 hommes. inédit, 1992.

Alphonse
Alphonse n’est pas entré coucher une nuit et depuis, tout le monde le cherche : sa famille s’inquiète, la police enquête. Alphonse, dans ce monologue onirique et poétique aux multiples personnages, voyage avec Pierre-Paul-René, « un enfant doux, monocorde et qui ne s’étonne jamais de rien ». Personnage : 1 homme, 1993. Lémeac, Montréal, 1996.
Finaliste pour le masque du meilleur texte 1995, finaliste pour le prix du gouverneur général 1996.
Mise en scène Serge Marois, Théâtre de L’arrière Scène, hiver 1994.

Partie de cache-cache entre 2 tchécoslovaques au début du siècle , 1991, inédit.

Le Songe , in 38 E , (inspiré par Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare).
Par une tirade pathétiquement porno, un personnage parodie ici les fornicateurs du Songe... de Shakespeare - et indirectement nous, les spectateurs - indifférents à la cruciale histoire d’amour que joue la célèbre troupe d’acteurs de la pièce...
Personnage : 1 homme. 1996. Dramaturges Éditeurs, 1996

Couteau , in Contes urbains,
Monologue amer et cru d’une jeune prostituée qui se fait payer pour sucer mais garde toujours au fond de sa poche un couteau en cas de besoin. Un soir de Noël, après une messe qui fut un baume sur ses souffrances, elle ne croyait pas devoir utiliser son arme contre le père Noël.
Personnage : 1 femme. Mœbius n° 75, hiver 1997.

Willy Protagoras enfermé dans les toilettes
Tous les voisins sont en émoi : la belle Nelly Protagoras s’en va. C’est que tout va pour le pire dans l’appartement des Protagoras, depuis qu’ils ont invité la famille Philisti Ralestine à s’y installer. Aujourd’hui que c’est devenu invivable, la famille Protagoras voudrait bien que les Philisti Ralestine débarrassent le plancher. Quant à Willy, le frère de Nelly, il s’est enfermé dans les toilettes et refuse d’en sortir tant que les envahisseurs seront dans l’appartement.
Personnages : 11 femmes, 9 hommes. 1993. Leméac / Actes Sud-Papiers, 2004.

Les mains d’Edwige au moment de la naissance
Tandis que sa famille organise au salon des funérailles fictives pour sa sœur Esther, disparue depuis dix ans, Edwige refuse catégoriquement de monter de la cave sombre et sale où elle se terre. C’est là qu’elle assiste au retour d’Esther, qui vient accoucher dans ses bras, pendant que le village au complet se bat au salon.
Personnages : 3 femmes, 3 hommes. 1995. Lémac, Montréal, 1999.

Littoral
Wilfrid apprend la mort de son père en pleine nuit et en pleine baise. Ce père inconnu l’a abandonné à sa naissance, qui a coûté la vie de sa mère. Le fils découvre son père à travers des lettres qu’il lui a écrites mais jamais envoyées. Le voyage qu’il entreprend avec la dépouille du défunt pour aller l’enterrer dans son pays natal lui en révèle aussi beaucoup sur son identité, sur la vie et la mort et sur les hommes.
Personnages : 2 femmes, 6 hommes. 1997. Editions Léméac / Actes-Sud, 1999 (Molière de l’écriture francophone, 2005).
Mise en scène de l’auteur, Théâtre ô Parleur, créé au Festival de Théâtre des Amériques, 1997, première en France au 15e Francophonies en Limousin, 1998 (coproduction) et présenté au Festival d’Avignon en 1999.

Pacamambo
Disparue depuis trois semaines, la petite Julie est retrouvée en compagnie de son chien, le Gros, au pied du cadavre de sa grand-mère. Pourquoi s’est-elle cachée au sous-sol avec la morte ? Pourquoi refuse-t-elle de répondre aux questions du Psy ? Elle révèlera peu à peu le rêve de Pacamambo, rêve que lui a légué sa grand-mère.
Personnages : 2 femmes, 2 hommes. 2000. Editions Actes-Sud et Heyoka, Centre dramatique national pour l’enfance et la jeunesse de Sartrouville, 2000.

Rêves
Un jeune homme passe une nuit blanche dans un hôtel à écrire une science-fiction. Au cours de la nuit, son écriture s’incarnera devant ses yeux, à travers un délire onirique, jusqu’à l’irruption de l’hôtelière, qui viendra lui confier les événements importants de sa vie.
Personnages : 6 femmes, 7 hommes. Editions Actes-Sud / Papiers, 2002.
Mise en scène de l’auteur, Théâtre Ô Parleur, créé au Festival de Théâtre des Amériques.

La mort est un cheval
Un pasteur assiste une Américaine de 101 ans, condamnée à mort pour avoir trucidé toute sa descendance, afin de la préserver des envahisseurs arabes, chinois, irlandais, juifs et noirs.
Personnages : 1 femme, 1 homme. Inédit, 2002.

Un obus dans le coeur
d’après le roman Visage retrouvé, du même auteur.
En pleine nuit, le téléphone sonne chez Wahab. Sa mère agonise à l’hôpital. Sur le chemin qui le mène à son chevet, des embûches surgissent : la tempête de neige, le chauffeur d’autobus qui l’embête, un père Noël insistant. Mais surtout un sentiment trouble : le désir de fuir, de revenir « avant ».
Personnage : 1 homme. Publié chez Leméac Éditeur en 2002.
Production Théâtre de Sartrouville - CDN, création Odyssées 78, biennale de création théâtrale pour la jeunesse, avec le concours du Conseil général des Yvelines, 25 janvier 2005.

Incendies
Hermile Lebel, notaire, lègue aux jumeaux Jeanne et Simon Marwan les dernières volontés de leur mère, Nawal. La source embrouillée de leur naissance se met alors à remuer. Chacun devient dépositaire d’une enveloppe : l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort en héros et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence même. Au pays de leur mère, ils découvrent le vrai visage de celle-ci et le rude chemin menant à l’apaisement de son âme.
Personnages : 6 femmes, 14 hommes interprétés à la création par 5 actrices et 4 acteurs. 2003. Editions Actes-Sud / Papiers, 2003.

John
Face à une caméra, John, jeune homme de 16 ans en peine d’amour, fait ses adieux au monde et à sa famille. Bientôt, il s’enlèvera la vie. Une vie de détresse intérieure, de solitude, pour lui sans espoir. Sa sœur Jeanne entendra cette solitude et, par l’évocation de leur passé, répondra à son jeune frère suicidé, pour comprendre et continuer à vivre.
Personnages : 1 femme, 1 homme. Inédit, 2004.

Lettre d’amour d’un jeune garçon (qui dans d’autres circonstances aurait été poète, mais qui fut poseur de bombes), à sa mère morte depuis peu
Après la mort de sa mère, un jeune homme de quinze ans devient tueur de soldats, poseur de bombes. Dorénavant, il parlera la langue « du sang et de la haine ». Car là d’où il vient se trouve la douleur immense d’une blessure : une bombe, tombée sur le jardin de son père, a déraciné sa terre. Tuer, pour lui, deviendra de plus en plus difficile…
Personnage : 1 homme. Inédit, 2005.

Silence d’usine : paroles d’ouvriers
entretiens de Wajdi Mouawad avec d’anciens ouvriers de l’usine Philips d’Aubusson (Creuse).

Forêts
Six femmes font brutalement face à l’incohérence de leur existence par l’entremise d’un paléontologue qui, en 1946, se rend avec une équipe de scientifiques dans un camp de concentration… En 1917, un soldat déserteur se réfugie au cœur d’une forêt où il découvre un zoo et quatre femmes qui vivent au milieu des animaux sauvages… Au cœur de ce paradis improbable, Lucien rencontrera Léonie avec laquelle il vivra une histoire d’amour, sans se douter que leur union sera, à l’image de ce siècle, le théâtre de douloureuses déchirures… La pièce est aussi l’histoire de cette femme, en 2003, qui apprend qu’elle est atteinte d’un mal incurable…
Personnages : 7 femmes, 10 hommes joués à la création par 5 femmes et 6 hommes. Editions Actes-Sud, 2006.
Créé par les compagnies de production Au carré de l’hypoténuse et Abé carré cé carré, à Chambéry du 7 mars au 10 mars 2006 ; tournée en France du 14 mars au 18 novembre 2006. Tournée au Québec de janvier à mars 2007.

Assoiffés
Boon, un anthropologue judiciaire, témoigne d’une enquête qui a bouleversé ses convictions et sa perception de la réalité. À travers l’histoire de Murdoch, un adolescent qui se lève un matin incapable d’arrêter de parler et celle de Norvège, une victime d’une transparente vulnérabilité, Boon replonge dans sa propre adolescence. Soudain, la barrière entre la réalité et la fiction se dissout, les frontières du temps explosent et la force de vivre triomphe de l’inertie.
Personnages : 1 femme, 2 hommes. Actes-Sud - Leméac, janvier 2007.
Création à Montréal en 2007, mise en scène Benoît Vermeulen, Théâtre le Clou.

Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face
Quand les hommes et les dieux se sont imposés dans les tragédies d’Eschyle, de Sophocle et d’Euridipe, de quel livre sacré surgissaient-ils, à quelles lois invisibles obéissaient-ils ? Bien qu’avant Œdipe ne puisse répondre aux questions du Sphinx, il y l’enlèvement d’Europe par des hommes à tête de taureau ; parti à la recherche de sa sœur, Cadmos ne retrouve pas la disparue mais fonde Thèbes, la ville aux Sept Portes. Voilà peut-être le début de la grande catastrophe du sang qui engendra, au fil des générations, une cascade de guerres et d’invasions, de parricides, de fratricides et d’infanticides. La mort était-elle le prix à payer pour sortir de l’aveuglement du soleil et traverser le mur des révélations.
Personnages : 10 hommes, 4 femmes, l’Oracle, la Sphinge. Actes-Sud, mai 2008.
Création au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, dans une mise en scène de Dominique Pitoiset, mai 2008.

Ciels
Cette pièce est la dernière partie d’un quatuor commencé avec Littoral, Incendies et Forêts appelé Le Sang des promesses. Elle met en scène cinq espions de l’Etat, enfermés dans un lieu de très haute sécurité. Des messages codés ont été captés et font craindre un attentat terroriste d’une ampleur insoupçonnée. Munis des technologies les plus perfectionnées, les espions tentent depuis plusieurs mois de déchiffrer l’énigme. Engagés dans une course contre la montre, les cinq protagonistes sont simultanément aux prises avec des soucis personnels et familiaux causés par leur absence prolongée. Car une fois dans ce lieu, impossible d’en sortir. Ce va-et-vient entre leur vie intime et leur but collectif risque fort de faire déraper la tentative de déchiffrement...
Personnages : 1 femmes, 5 hommes. Editions Actes-Sud, 2009.
Créé par les compagnies de production Au Carré de l’Hypoténuse et Abé Carré Cé Carré, au Festival d’Avignon 2009 ; tournée en France et au Québec en 2009 et 2010.

Temps
Acte Sud-Papiers (hors collection), mars 2012

Une Chienne
Acte Sud-Papiers (hors collection), mars 2016

Les Larmes d’Œdipe
Acte Sud-Papiers (hors collection), avril 2016

Inflammation du verbe vivre
Acte Sud-Papiers (hors collection), à paraître 2016

Roman

Anima, éditions Actes-Sud, 2012
Visage retrouvé, éditions Actes-Sud, 1999

Ecriture radiophonique

Loin des chaises, réalisation François Ismert R.C.
Wilfrid, réalisation François Ismert R.C.
William M., réalisation François Ismert R.C.
Le chevalier, réalisation François Ismert R.C.
Dans la cathédrale, réalisation François Ismert R.C.
Les trains hurlent quand on tue, théâtre, réalisation Claude Godin, R.C.
Les étrangers du bord du monde, théâtre, réalisation Danielle Bilodeau, R.C. En collaboration avec Jean-François Caron et Lise Vaillancourt.

Film
Littoral, adaptation de son texte, sorti en 2004.

Autres informations

Wajdi Mouawad et les Francophonies en Limousin

1993 : Résidence à la Maison des Auteurs
pièce écrite Les mains d’Edwige au moment de la naissance

1994 : Alphonse texte de Wajdi Mouawad, mise en scène de Serge Marois, par le Théâtre l’Arrière-Scène, Liban / Québec/Canada / Première en France au 11e Francophonies en Limousin, 1994.

1998 : Littoral
(première en France) texte et mise en scène de Wajdi Mouawad, par le Théâtre O Parleur, Liban / Québec - Canada.

1999 / Rêves (lecture)
Littoral : Le Festival coordonne la tournée en France en 1999 qui débute au Festival d’Avignon en juillet et se poursuit d’octobre à décembre.

2000 : Rêves
(première en France) texte et mise en scène de Wajdi Mouawad, par le Théâtre O Parleur, Canada-Québec

2002 : Les Trois sœurs
d’Anton Tchekhov, mise en scène Wajdi Mouawad, traduction d’Anne-Catherine Lebeau, Théâtre du Trident, Canada-Québec

2003 : Incendies
texte et mise en scène de Wajdi Mouawad, par le Théâtre de Quat’Sous, Canada-Québec (co-production).

2004 :
- Prix Sony Labou Tansi des Lycéens 2004 avec la pièce Incendies.
- Willy Protagoras enfermé dans les toilettes (Lecture).

2005 :
Un obus dans le coeur : mise en espace par Moïse Touré dans le cadre de "Les auteurs vivants ne sont pas tous morts", avril 2005, à Limoges, et en Limousin.
Silence d’usine : paroles d’ouvriers : entretiens de Wajdi Mouawad avec d’anciens ouvriers de l’usine Philips d’Aubusson (Creuse) / résidence au Théâtre Jean Lurçat. Mise en espace par Wajdi Mouawad, présentée dans le cadre des 22es Francophonies en Limousin.

2006 : Forêts
de et mis en scène par Wajdi Mouawad, par Au Carré de l’hypoténuse, Abé carré cé carré compagnies de création, Canada-Québec, France (co-production).

2007 - Assoiffés dirigée par Philippe Sireuil, dimanche 30 septembre 2007 - L’Imparfait du Présent/ 24es Francophonies en Limousin.

2009 - Ciels Texte et mise en scène Wajdi Mouawad
Au Carré de l’Hypoténuse et Abé Carré Cé Carré (Canada-Québec/France)

2013 : Seuls, texte et mise en scène de Wajdi Mouawad.
Une heure avec Wajdi Mouawad, conversation avec Patrick Le Mauff (voir vidéo ci-dessous)

2014 : Soeurs, texte et mise en scène de Wajdi Mouawad.

A propos de Wajdi Mouawad

Je suis le méchant !, entretiens avec le metteur en scène André Brassard, Lémeac, 2004.
Architecture d’un marcheur : entretiens avec Wajdi Mouawad, de Jean-François Côté. Leméac, 2005.

Les Tigres de Wajdi Mouawad, collectif, éditions Joca Seria, collection Carnets du Grand T, juillet 2009,

Bourses

Wajdi Mouawad a été plusieurs fois boursier pour son écriture (Conseil des Arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Ministère de la culture, etc.). Il a été auteur en résidence au Théâtre Artistic Athévains de Paris (février 1997), au Théâtre Parminou (janvier 1997), au Théâtre l’Arrière Scène (octobre 1996), au Théâtre Jean Lurçat à Aubusson (2004).

Distinctions

Finaliste pour le masque du meilleur texte 1995, finaliste pour le prix du gouverneur général 1996 avec Alphonse.

Willy Protagoras enfermé dans les toilettes, élue meilleure production à Montréal, en 1998, par l’Association québécoise des critiques de théâtre.

Prix du Gouverneur général en 2000 pour Littoral.

En janvier 2002, le gouvernement français lui décerne le titre de chevalier de l’Ordre National des Arts et des Lettres pour l’ensemble de son œuvre.

Prix Sony Labou Tansi des Lycéens 2004 pour Incendies (ex aequo avec Carole Fréchette - Le Collier d’Hélène).

Molière de l’écriture francophone en 2005 pour Littoral (récompense qu’il a refusée pour défendre les auteurs vivants démunis face aux théâtres sans comité de lectures ou aux directeurs de théâtres qui "jettent les manuscrits").

Artiste pour la Paix 2006 : chaque année, depuis 19 ans, les Artistes pour la Paix honorent un artiste ou un collectif d’artistes dont l’art et la vie témoignent en faveur de la paix. Ils ont choisi le 14 février, fête de l’amour, pour dévoiler leur choix.

Grand Prix du Théâtre de l’Académie Française en 2009 pour l’ensemble de son œuvre dramatique.

Doctorat honoris causa de l’Ecole normale supérieure de Lettres et de sciences humaines de Lyon (novembre 2009).

Liens

Sur le site des Francophonies en Limousin :
A propos de "Assoiffés"
A propos de "Seuls"

Autres liens

Le site de Wajdi Mouawad

CEAD
Théâtre contemporain
Auteurs contemporains

Videos

Une heure avec Wajdi Mouawad , entretien avec Patrick Le Mauff

Il est vrai que je suis acteur et auteur, cinéaste parfois et plasticien, mais cette frénésie ne touche qu’à une chose : mon amour profond du théâtre.

L’auteur, metteur en scène et comédien Wajdi Mouawad trace depuis plus de 20 ans un chemin singulier, avec des spectacles choraux et spectaculaires, où la technologie est souvent un personnage à part entière. Il aborde dans ses textes et ses mises en scène des thèmes récurrents, comme l’identité, l’exil, la mémoire, les racines, creusant toujours plus profond ces questions intimes, et pourtant universelles.

Patrick Le Mauff, comédien et metteur en scène, est régulièrement associé aux créations de Wajdi Mouawad, dont il a soutenu l’émergence en Europe. Il a dirigé le festival des Francophonies entre 2000 et 2005.

Détails de la vidéo
Langue : français
Durée : 57 minutes 4 secondes
Lieu : Limoges (Les Francophonies En Limousin)
Copyright : Les Francophonies En Limousin
Ajoutée le 27/09/2013