Kalakuta republik


© Sophie Garcia
Burkina Faso / Belgique Danse

Concept & Chorégraphie Serge Aimé Coulibaly
Dramaturgie Sara Vanderieck
Créateur musique Yvan Talbot

Limoges - CCM Jean Moulin
Mercredi 27 septembre à 20h30
>

« Ne tombez pas amoureux de vous-mêmes. Nous passons un bon moment ici. Mais rappelez-vous, les carnavals ne coûtent pas très cher. Ce qui compte, c’est le lendemain, lorsque nous serons tous retournés à nos vies quotidiennes. Est-ce que quelque chose aura changé ? »
Slavoj Zizek

En s’inspirant librement de la vie et de l’œuvre de Fela Kuti, Serge Aimé Coulibaly et son équipe posent la question de l’engagement d’un artiste envers son monde, sa société, le monde en général. Et plus précisément la place de l’artiste au lendemain de l’insurrection. Tout chez Fela Kuti est un refus de l’ignorance, de l’imbécilité, de l’enfermement, du cynisme et de l’abdication : ses choix de vie controversés, sa musique qui, loin de bercer et d’endormir les populations, vise bien au contraire au réveil des consciences citoyennes, avec une façon novatrice et une manière festive et profonde...
Porte-voix de toute une génération, faisant de la scène une tribune, emprisonné de nombreuses fois pour son positionnement politique sarcastique et tranché, Fela est véritablement un modèle d’engagement pour son pays et pour son art.
Il n’est pas surprenant que Serge Aimé Coulibaly ait trouvé sur sa route la figure et l’art de Fela Kuti. Comme lui, avec un désir de liberté et une conscience politique chevillés au corps, nés des branchements entre l’Afrique et l’Occident et des croisements de différentes disciplines artistiques, Serge Aimé Coulibaly ne dissocie pas l’art de l’engagement citoyen et humain. Quelle responsabilité a celui qui, à travers ses créations, porte une parole engagée ?

Sur une scène qui réinvente l’espace que Fela Kuti avait créé pour ses amis, et qu’il appelait Kalakuta, Serge Aimé Coulibaly convoque les âmes dansantes de ces âmes damnées qui refaisaient le monde, la nuit, au son de la musique de Fela, cette musique qui fit chavirer les années 70.
Enivrés de cuivres et de disputes politiques, de sexe et d’alcool, cette jeune garde d’artistes construisait sans le savoir la modernité d’une Afrique récemment décolonisée...

Extraits

- 
Serge Aimé Coulibaly est un danseur chorégraphe belgo-burkinabè.
Il compose une danse contemporaine puissante, ancrée dans l’émotion et toujours porteuse de réflexion et d’espoir. Ses pièces sont présentées sur les scènes d’Afrique et d’Europe et elles trouvent naturellement des résonances d’un continent à l’autre. Son approche ouverte sur le monde et sur les différences, toujours en questionnement, dans une volonté de construction, l’a amené à collaborer avec de nombreux artistes, dès le début de sa carrière.
De sa formation artistique au Burkina Faso, avec la compagnie FEEREN sous la direction d’Amadou Bourou ou de son passage par le Centre national chorégraphique de Nantes dirigé par Claude Brumachon, Serge Aimé Coulibaly a aussi développé un goût et un talent pour la transmission de son art. Il œuvre au développement d’une créativité originale et amène danseurs et chorégraphes qui suivent ses masterclasses à se questionner sur leur responsabilité en tant qu’artistes, la puissance d’un vocabulaire qui fait sens et leur positionnement citoyen.
Pour donner un lieu d’expérimentation et de réflexions concret à sa création et à sa conception d’un engagement artistique, il a créé à Bobo Dioulasso (Burkina Faso) ANKATA, espace conçu comme un Laboratoire International de Recherche et de Production des Arts de la Scène. Ouvert à tous, c’est là un carrefour d’échanges entre différents continents, différentes disciplines, différentes humanités, avec pour but commun d’inventer demain.

Entretien avec Serge-Aimé Coulibaly à propos de "Kalakuta Republik"

- 
Yvan Talbot
Depuis plus de 20 ans, ce musicien percussionniste est animé par la passion des musiques traditionnelles d’Afrique de l’ouest. Très attiré par la pratique des instruments atypiques et rares comme le bolon (harpe luth à trois cordes), le tambour Baala de la Guinée forestière ou le n’goni Bissa du Burkina Faso, il s’initie également à la facture des instruments traditionnels. Yvan Talbot relie les mondes en musique. Il collabore avec des musiciens et chorégraphes de différents univers, comme Julie Dossavi dont il devient le directeur musical en 2002. En 2010, il collabore avec Bouba et réalise la musique originale du duo chorégraphique Murmures.
Dans Kalakuta Republik, croisant la musique de Fela Kuti qu’il connaît très bien et la narration de Serge Aimé Coulibaly, Yvan Talbot s’est emparé des thématiques musicales et philosophiques contenues dans leurs œuvres : l’engagement, le déchirement mais aussi l’harmonie et la fragilité. Il les a distordues pour inventer un nouvel univers sonore sur mesure pour le langage corporel des danseurs.

Les dates

CCM Jean Moulin
Limoges

Kalakuta republik

Durée : 1h25 (+ entracte)
Tarifs:Plein Tarif 15€, Tarif Réduit 12€

En tournée

Distribution

Concept & Chorégraphie Serge Aimé Coulibaly
Dramaturgie Sara Vanderieck
Créateur musique Yvan Talbot
Assistant à la chorégraphie Sayouba Sigué
Création & interprétation
Marion Alzieu, Serge Aimé Coulibaly, Ida Faho, Antonia Naouele, Adonis Nébié, Sayouba Sigué, Ahmed Soura
Scénographie & costumes Catherine Cosme
Création lumière Hermann Coulibaly
Création son & musique additionnelle Sam Serruys
Vidéo Eve Martin
Photo Sophie Garcia

Production

Production Halles de Schaerbeek (Bruxelles) Faso Danse Théâtre (Ouagadougou)
Production déléguée Halles de Schaerbeek
Coproduction Maison de la Danse (Lyon), Torinodanza festival (Torino), Le Manège – Scène nationale de Maubeuge, Le Tarmac – la scène internationale francophone (Paris), les Théâtres de la ville de Luxembourg, Ankata (Bobo Dioulasso), Les Récréâtrales (Ouagadougou), De Grote Post (Ostende), Festival Africologne (Cologne)
Avec le soutien du Musée des Confluences (Lyon) pour l’accueil en résidence, et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service de la danse.
Diffusion Frans Brood Productions

Accueil avec le soutien de l’ONDA, l’Institut Français / Région Nouvelle-Aquitaine

Accueil en partenariat avec les Centres culturels municipaux de Limoges

Actualités

Tournée /toutes les dates
3 et 4 octobre 2017 - Kunstencentrum Vooruit, Gent (BE)
6 et 7 octobre 2017 - Torinodanza, Turin (IT)
15 octobre 2017 - One Dance Week, Plovdiv (BG)
18 octobre 2017 - Cultuurcentrum Brugge, Bruges (BE)
21 octobre 2017 - Stadsschouwburg Utrecht, Utrecht (NL)
25 au 27 octobre 2017 - Onassis Cultural Center, Athènes (GR)
13 janvier 2018 - La Filature, Mulhouse (FR)
16 au 19 janvier 2018 - Le Tarmac, Paris (FR)
20 janvier 2018 - La Ferme du Buisson, Marne-la-Vallée (FR)
6 au 8 février 2018 - La Coursive, La Rochelle (FR)
10 février 2018 - Le Volcan, Le Havre (FR)
24 février 2018 - De Oosterpoort en de Stadsschouwburg, Groningen (NL)
28 février 2018 - Zuiderstrand Theater, Den Haag (NL)
7 au 8 mars 2018 - Théâtre de Namur, Namur (BE)
10 mars 2018 - Theater Rotterdam, Rotterdam (NL)
13 au 15 mars 2018 - La Rose des Vents, Villeneuve D’ascq (FR)
16 mars 2018 - STUK Kunstencentrum, Louvain (BE)
20 mars 2018 - L’apostrophe, Cergy-Pontoise (FR)
23 mars 2018 - Théâtre Jean-Vilar, Vitry-sur-Seine (FR)
6 au 7 avril 2018 - Teatro Central, Séville (ES)
1 avril 2018 -Teatro Alhambra, Grenade (ES)
12 au 13 juin 2018 - Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Luxembourg (LU)