Billetterie

La Fureur de ce que je pense


© Caroline Laberge
Canada-Québec Théâtre

Focus Québec- Première en France.

CCM Jean Moulin
mercredi 26/09 à 20h30
Jeudi 27/09 à 20h30

« Lorsque l’on sait que l’on va mourir, on n’a plus aucune raison de pleurer ».

Nelly Arcan était une femme exposée, offerte au regard des autres sans retenue, fragilisée à la fois par l’œil scrutateur des voyeurs et par sa propre absence de pudeur. Son écriture, si dure et intransigeante, n’arrive pas à masquer la terreur de cette femme brillante, prisonnière d’une sorte d’état d’effarement ininterrompu, terreur face aux injustices de la condition humaine, de la condition féminine, des états amoureux. Pour Marie Brassard, qui fut de nombreuses années proche collaboratrice de Robert Lepage, l’écriture de Nelly Arcan est d’une puissance saisissante. Elle recèle tant de noirceur qu’il faut souvent quitter le livre des yeux un moment. Quelle souffrance et comme cette vision est crue ! Et pourtant, on éprouve de l’affection pour celle qui écrit sans pitié ni compassion.

Ce spectacle vertigineux sur la fragilité humaine a été créé avec la volonté de rendre hommage à cette jeune femme tourmentée, auteure importante trop tôt disparue. Avec le souci de mettre le rythme de son écriture en valeur. Loin du théâtre psychologique ou du récit biographique, La Fureur de ce que je pense propose un collage de ses textes transposés en sept chants. La scénographie spectaculaire révèle des espaces privés, cercueils ou vitrines dans lesquelles des femmes sont exposées, singulièrement belles, objets de fantasmes ou de rejets, mannequins ou putains, enfermées, terriblement seules et inaccessibles.
Porté par un chœur de six actrices et une danseuse, artistes enracinées dans la vie, chaque chant est l’expression d’une obsession, d’une angoisse ou d’un espoir, d’une facette de Nelly Arcan. Le septième chant, le chant perdu, est le chant du chœur, incarné par le personnage du spectre qui s’insinue ponctuellement dans l’intimité des femmes, libre en opposition à la marchandisation des corps féminins, image de Nelly Arcan peut-être.

Les dates

CCM Jean Moulin
Limoges

La Fureur de ce que je pense

Durée : 1h40
CCM Jean Moulin
Limoges

La Fureur de ce que je pense

Durée : 1h40

Distribution

Textes d’après Nelly Arcan
Collage réalisé à partir des textes Putain (Éditions du Seuil, 2001), Folle (Éditions du Seuil, 2004), L’Enfant dans le miroir (Marchand de feuilles, 2007) et Burqa de chair (Éditions du Seuil, 2011)
Adaptation & mise en scène Marie Brassard
Développement de l’idée originale Sophie Cadieux
Collaboration à l’adaptation & dramaturgie Daniel Canty
Avec Christine Beaulieu, Sophie Cadieux, Évelyne de la Chenelière, Larissa Corriveau, Johanne Haberlin, Julie Le Breton, Anne Thériault
Scénographie & accessoires Antonin Sorel
Assistant aux accessoires Axel Hercule Desjardins
Lumière Mikko Hynninen
Musique Alexander MacSween
Son Frédéric Auger
Costumes Catherine Chagnon
Maquillages Jacques-Lee Pelletier
Coiffures Patrick G. Nadeau

Production

Production Infrarouge - Espace Go
Coproduction Théâtre français du Centre national des Arts (Ottawa), Festival TransAmériques (Montréal) et PARCO (Tokyo)
La création originale du spectacle a été produite par le théâtre Espace GO, à Montréal en 2013.
Agent de tournée Menno Plukker Theatre Agent Inc
Avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts de Montréal

Accueil avec le soutien de la Délégation générale du Québec à Paris
Accueil en partenariat avec les Centres culturels municipaux de Limoges